Découvrir/Patrimoine/La Chapelle

La Chapelle Notre-Dame de Tongre

La dévotion à Notre Dame de Tongre, très populaire en Belgique, est installée à Arleux en Gohelle depuis très longtemps. Adorée à l’origine pour avoir sauvé des villages de la peste et du choléra, elle a ensuite été plus particulièrement dédiée aux enfants malades, handicapés.

L’antique chapelle aurait été construite il y a plusieurs siècles par un pèlerin d’Arleux en Gohelle, en remerciement d’une faveur obtenue à Tongre dans le Hainaut belge.

Notre Dame de Tongres

De nombreux miracles ont depuis les temps les plus reculés, rendu célèbre la statue Notre Dame de Tongres. On montre encore aujourd’hui les chaînes de deux prisonniers chrétiens, délivrés miraculeusement par l’invocation de Notre Dame de Tongres.

Les événements surnaturels, les innombrables guérisons, les grandes faveurs spirituelles et temporelles obtenues par l’invocation de Notre Dame de Tongres, attirèrent dès les temps les plus reculés les pèlerins au pied de son autel. Tous les sept ans, pendant quinze jours consécutifs, du 11 au 25 juillet, on exposait les reliques à la vénération des fidèles et cette exposition attirait toujours une foule considérable.

L'ancienne Chapelle

Il y a beaucoup de différences architecturales entre la version originale et celle que nous connaissons aujourd’hui. Elle a, en effet, été reconstruite une première fois en 1887 à la demande de l’abbé Toulet pour en édifier une plus vaste sur un terrain plus grand. C’est Monsieur le Comte De Diesbach qui offrit le terrain : le 27 juillet 1890, on bénissait le nouveau sanctuaire.

Une seconde reconstruction, réalisée  en 1909 subit tout aussitôt les injures de la guerre. On la releva de ses ruines en 1922, mais en modifiant son allure générale et le matériau.

L'actuelle Chapelle

Cette reconstruction a redonné un élan à des dévotions particulières au pays. On y venait en procession costumée représentant les grandes étapes de la vie de la Vierge et aussi des scènes typiques de l’histoire de France (Jeanne d’Arc sauvant le royaume de Charles VI). Cette cérémonie, qui attirait du monde de toute la région, se déroulait souvent en présence d’un évêque le premier dimanche de juillet. 
 
Le pèlerinage de juillet et les neuvaines accordées à la piéta ont vécu, mais il y a peu encore, on se réunissait pour prier Notre Dame de Tongre, et des mères de familles venaient lui demander la grâce de faire marcher leurs enfants.

Haute de quatorze mètres, la chapelle est un édifice de béton et de ciment de style néo byzantin. La coupole est surmontée d’une statue de la Vierge et une tête du Christ en mosaïques orne son porche.

Une nécessaire rénovation complète a été réalisée en 2008.

La chapelle avant 1909La chapelle avant 1909

La chapelle édifiée en 1909, et complètement détruite lors de la première guerre mondialeLa chapelle édifiée en 1909, et complètement détruite lors de la première guerre mondiale

La chapelle reconstruite en 1922La chapelle reconstruite en 1922

La chapelle en 2009La chapelle en 2009